La demande d’enseignement supérieur ne cesse de croître, tandis que les universités sont en concurrence pour attirer les étudiants partout dans le monde. Ces étudiants optent-ils pour des établissements privés ou publics ? Dans quelle mesure poursuivent-ils leur éducation à l’étranger ? Les femmes pénètrent-elles dans les domaines traditionnellement dominés par les hommes, comme la science et l’informatique ? Voici quelques questions auxquelles les décideurs qui cherchent à étendre et à diversifier leurs systèmes nationaux d’enseignement supérieur sont confrontés.

Sur la base de sa collecte annuelle de données, l’ISU produit un éventail d’indicateurs pour suivre les tendances de l’enseignement supérieur à l’échelle mondiale, régionale et nationale. Ces données comprennent les taux de scolarisation et de diplômés ventilés par sexe et type de programme, les taux de scolarisation dans les établissements privés et publics, et les diplômés par domaine d’étude.

L’ISU a également élaboré un ensemble d’indicateurs spécifiques pour suivre le flux des étudiants étrangers ou en mobilité. Ces données révèlent un changement de la demande d’enseignement supérieur, en particulier dans les pays en développement, en montrant où les étudiants vont étudier et d’où ils viennent.