Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement

Définition

Indicateur ODD 4.5.4: Financement initial total du gouvernement (central, régional, local), privé (ménages et autres sources privées) et internationales pour un niveau d'enseignement donné (préprimaire, primaire, premier cycle du secondaire, deuxième cycle du secondaire, post-secondaire non supérieur et supérieur éducation) par élève inscrit à ce niveau dans une année donnée. Les résultats doivent être exprimés (i) en pourcentage du PIB par habitant; et (ii) en PPA $ (constant). À moins qu'une ventilation supplémentaire ne soit proposée, cet indicateur prend en compte le financement des institutions publiques et privées ensemble.

Source de données

Au niveau national, les systèmes de gestion financière des ministères des finances et / ou des ministères de l'éducation sont à l'origine des dépenses publiques d'éducation, bien que la ventilation par niveau implique souvent des estimations utilisant des données sur les élèves et / ou les enseignants par niveau. Les données sur les dépenses des niveaux inférieurs de l'administration peuvent être centralisées ou collectées directement auprès des autorités locales. Les dépenses des ménages pour l'éducation sont collectées au moyen d'enquêtes sur la consommation / dépenses, bien que peu d'enquêtes ventilent les dépenses par niveau d'éducation, type d'école et / ou nature des dépenses. Les recensements scolaires de certains pays collectent également des données sur les contributions financières / en nature des ménages / étudiants. Pour soutenir la collecte de données de haute qualité, l'ISU et la Banque mondiale (2018) ont publié un guide sur la conception et la mise en œuvre d'enquêtes auprès des ménages qui incluent la mesure des dépenses d'éducation. Le guide fournit un ensemble normalisé de lignes directrices pour favoriser l'harmonisation des données sur les dépenses d'éducation dans les enquêtes auprès des ménages, et pour garantir que les données collectées soient plus facilement comparables entre les enquêtes et les pays et soient suffisamment complètes tout en tenant compte des besoins spécifiques des pays. Les données sur d'autres sources privées de financement de l'éducation (par exemple les entreprises, les ONG locales) sont rarement collectées de manière systématique et nécessiteraient souvent des enquêtes supplémentaires conduites par d'importants travaux d'analyse, de préparation et de plaidoyer. Les sources internationales peuvent être disponibles par le biais des systèmes financiers gouvernementaux lorsqu'elles sont inscrites au budget, et des financements internationaux hors budget peuvent parfois être disponibles par le biais des systèmes de gestion de l'aide gouvernementale, bien que rarement avec la ventilation nécessaire (par exemple par niveau d'éducation). Des sources de données pour le financement international, telles que la base de données OCDE-CAD ou l'Initiative internationale pour la transparence de l'aide (IITA) peuvent être utilisées en complément, mais présentent souvent des problèmes de compatibilité avec d'autres sources, telles que les archives gouvernementales.

Source de la définition

Institut de statistique de l'UNESCO.

Méthode de calcul

Le pourcentage du financement initial total (c'est-à-dire y compris les transferts payés mais à l'exclusion des transferts reçus) provenant de sources gouvernementales (centrales, régionales, locales), privées (ménages et autres privés) ou internationales pour un niveau d'enseignement donné (pré-primaire, primaire, premier cycle du secondaire, deuxième cycle du secondaire, post-secondaire non supérieur et supérieur) sur le nombre d'étudiants inscrits à ce niveau au cours d'une année donnée. Le résultat est divisé (i) par le PIB par habitant; et (ii) par le facteur de conversion PPA $.

Données exigées

Données sur les dépenses des administrations centrales, régionales et locales en matière d’éducation par niveau d’enseignement et type d’établissement; dépenses des ménages et (idéalement) d'autres dépenses privées d'éducation par niveau d'enseignement et type d'établissement; dépenses internationales d'éducation par niveau d'enseignement et type d'établissement; nombre d'étudiants inscrits par niveau d'enseignement et type d'établissement.

Interprétation

Financement public: Considéré en pourcentage du PIB par habitant, une valeur plus élevée indiquerait une plus grande priorité au niveau spécifique d'enseignement donné par les autorités publiques. Considéré en PPA $, l'indicateur peut montrer le montant «réel» des ressources investies dans un élève. Financement privé / ménage: une valeur plus élevée signifierait un fardeau plus lourd pour les ménages, et des implications potentielles pour l'équité et l'accès à l'éducation. Pour les sources internationales: une valeur plus élevée signifierait un plus grand engagement des bailleurs de fonds à un niveau d'éducation dans un pays donné, mais aussi potentiellement un plus grand degré de dépendance de l'aide pour les gouvernements en termes de financement de l'éducation. Pour toutes sources confondues: l'indicateur montrerait la valeur totale réelle des ressources investies dans un élève, et donc le coût unitaire réel. Étant donné que l'indicateur est construit à une échelle comparable (c'est-à-dire pour un étudiant, et par rapport au PIB par habitant ou en utilisant une monnaie commune), toutes ses sous-composantes peuvent être comparées à d'autres niveaux d'éducation, au fil du temps, ou entre pays. Références Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) et Banque mondiale (2018). ‘Measuring Household Expenditure on Education: A Guidebook for Designing Household Survey Questionnaires’. Washington, DC: Banque mondiale. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000366764

Limitations

La différence entre «financement initial» (d'où proviennent les fonds à l'origine) et «dépenses finales» (quelle entité effectue les dépenses et envoie les fonds à l'école) est importante à clarifier dans ce type d'indicateur. Par exemple, lorsque les bailleurs de fonds internationaux transfèrent des fonds au budget du ministère de l'Éducation sans affecter des activités spécifiques (telles que l'appui budgétaire sectoriel), les dépenses sont effectuées par le gouvernement, mais le financement provient de sources internationales. Même chose avec une bourse: le bailleur de fonds initial est le gouvernement et le dernier dépensier est le ménage. Soit deux ensembles d'indicateurs devraient être finalement produits (potentiellement déroutant pour les utilisateurs), soit un choix doit être fait sur la perspective qui sera présentée. L'option présentée ici (et à discuter et à valider) est de calculer l'indicateur sur la base du financement initial car a) C'est sans doute plus intuitif - si nous disons `` par source de financement '', les gens s'attendent à voir qui a payé et b) Cela serait mieux aligné sur la méthodologie des comptes nationaux de l'éducation. Notez que si nous choisissons cette option, nous voudrons peut-être changer le nom de l'indicateur en quelque chose comme «Financement de l'éducation par élève par niveau d'éducation et source». La partie de cet indicateur centrée sur les dépenses publiques est déjà disponible pour un grand nombre de pays, mais pas toujours avec régularité. La formule devrait également être légèrement modifiée si nous devons utiliser le financement initial. Pour les sources privées et internationales, la disponibilité des données est nettement inférieure, de sorte qu'il faudra plusieurs années et des investissements importants pour augmenter la couverture à un niveau acceptable. À moyen terme, les dépenses «privées» devront peut-être être limitées aux seuls ménages (et seulement pour quelques pays) et aux sources internationales à celles enregistrées dans les budgets publics. Le manque de données sur les sources des ménages est particulièrement important à prendre en compte lorsqu'on examine les dépenses dans les institutions privées, où les frais ont tendance à être beaucoup plus élevés.

But

Cet indicateur reflète le montant des ressources investies en moyenne dans un seul étudiant, allant au-delà des sources gouvernementales pour qu'un coût unitaire réel puisse être calculé. L'utilisation d'une base par élève est utile pour la comparaison, que ce soit entre les niveaux d'éducation, au fil du temps ou entre les pays. Exprimer l'indicateur soit en pourcentage du PIB par habitant, soit en PPA $, permet également des comparaisons entre les pays, et l'utilisation de valeurs constantes lors de l'examen des séries chronologiques est nécessaire pour évaluer l'évolution des ressources réelles (en éliminant les effets de l'inflation) dans le temps.

Standard de qualité

L'indicateur doit être calculé à partir de données complètes sur les inscriptions et les dépenses d'éducation provenant de sources gouvernementales, privées et internationales pour tous les niveaux d'enseignement couverts par l'indicateur, pour tous les types d'établissements combinés, et avec les données correspondantes sur le PIB par habitant et le facteur de conversion en dollars constants PPA. L'ISU tient à jour une base de données mondiale sur les inscriptions et les dépenses initiales totales par niveau d'enseignement, et définit les protocoles et les normes de soumission des données par les pays. Le Fonds monétaire international (FMI) produit et tient à jour des données sur le PIB par habitant et le facteur de conversion en dollars constants PPA.

Types de désagrégation

Par niveau d'enseignement, source de financement (gouvernement, privé, international), type d'établissement (public / privé) mais avec une couverture inférieure prévue pour les établissements privés. Pour les dépenses des ménages, la ventilation par richesse, lieu et sexe pourrait également être calculée, mais pas pour les sources gouvernementales et internationales.